Comprendre les métiers de la formation pour adultes (dans le mariage)

par Anne-Marie MECHERI
les métiers de la formation mariage

Au départ, je voulais juste vous expliquer ce que je faisais vraiment dans la vie. Oui, parce que ce n’est finalement pas très clair pour tout le monde. Et, d’ailleurs, ça ne l’était pas bien pour moi non plus, avant de vraiment me poser sur la question, finalement. Car je fais beaucoup de choses au quotidien ! 

Bref, je me suis rendue compte qu’avant de faire le point sur tout ça, il fallait déjà définir clairement le secteur de la formation dans le milieu du mariage, car ce n’était pas forcément connu par tous. Et puis, ça m’a amené à vouloir vous expliquer quels étaient, selon moi, les enjeux de ce secteur de la formation aux métiers du mariage.

Comme à chaque fois que je veux écrire un article, une idée en emmenant 3 autres, et en emmenant, elles-mêmes 3 autres … J’avais écrit près de 10 000 mots avant de m’en rendre compte. J’ai donc séparé en plusieurs articles, comme un petit dossier :

  • Comprendre les métiers de la formation (celui-ci)

  • La différence entre Formation, Workshop, MasterClass, … dans le secteur du mariage

  • Tu fais quoi dans la vie ?

  • Quand la formation rencontre le mariage – ou comprendre les enjeux de la formation aux métiers du mariage (que je continue d’écrire, qui a déjà atteint plus de 3 000 mots et qui semble bien prendre, lui-même, la forme de plusieurs articles) 

Bref,  je vous prépare une série d’articles sur la définition de la formation dans le secteur du mariage, pour ceux qui s’y intéressent, que je publierai donc au fur et à mesure dans les prochaines semaines. Attention, pas forcément à la suite, mais en parallèle à d’autres articles. 

Dans le secteur du mariage, la formation c’est encore très nouveau. Du coup, beaucoup ont du mal à savoir comment ça fonctionne vraiment ce milieu, qui a son organisation propre et ses codes. Je vais tenter de vous éclairer un peu, mais bien sûr de manière totalement subjective avec ma vision des choses, qui n’engage que moi. 

 

Être formateur indépendant

On devient formateur après avoir acquis un savoir (théorique ou pratique) que l’on souhaite partager. Et on crée un organisme de formation parce qu’il se présente une opportunité, ou après avoir été formateur. C’est un métier qu’on apprend donc plus ou moins sur le tas, et via de la formation continue. En effet, il est rare, qu’après le bac, on décide de devenir gérant d’un organisme de formation.

Être formateur, c’est avoir acquis une expertise que l’on souhaite partager. Cette expertise, on peut l’avoir acquise de différentes manières :

  • Après un cursus d’études ‘théoriques’, de la recherche, beaucoup deviennent profs, enseignants ou formateurs professionnels et partagent, à leur tour, leurs connaissances et leurs savoirs

  • Après ou durant une expérience professionnelle

Il y a donc deux origines au ‘savoir’ que l’on peut partager en formation, à mon point de vue :

  • Des savoirs théoriques, des méthodologies, … issus de l’observation, de la recherche, …  

  • Des savoirs issus de l’expérience 

Partant de ce postulat, ‘vulgarisé’ et simplifié bien sûr, il y a aussi différents ‘courants’ en pédagogie qui ne s’opposent pas forcément, à mon sens, mais se complètent comme les courants empiriste, béhavioriste, constructiviste, ou cognitiviste (neurosciences) par exemple et dont je reparlerai sans doute. 

Spécialiste VS Professionnel  |  Savoirs [théoriques] VS Expérience

On sent parfois une véritable concurrence entre les 2, dans la formation : quel que soit le secteur. Entre enseignants et professionnels en activité, la compétition ne date pas d’hier. En témoigne ces ouvrages intitulés : « Entre savoirs issus de la recherche et savoirs issus de l’expérience professionnelle : intégration ou déni mutuel ? » ou « Conflits de savoirs en formation des enseignants. Entre savoirs issus de la recherche et savoirs issus de l’expérience » (Ph. Perrenoud, M. Altet, C. Lessard & L. Paquay édition De Boeck).

Le secteur du mariage ne fait pas exception. Et il est encore dure d’y intégrer la notion d’organisme de formation et de formateurs professionnels qui ne seraient pas professionnels du mariage en activité, mais des experts ‘enseignants’.

Notre école est une des rares qui se confronte à ce pari dans le secteur, et qui arrive à faire cohabiter les deux. Aussi bien l’enseignement théorique, que le partage d’expérience. Parce qu’à mon sens, la qualité d’une formation dépend du fait que la transmission du savoir puisse se faire en associant l’enseignement théorique à l’enseignement par l’expérience ou le partage d’expérience.  Mais cette cohabitation n’est pas toujours facile. J’en reparlerai aussi.

Travailler avec un organisme ou proposer sa propre formation

Dans la continuité de l’idée précédente, il existe donc 2 types d’intervenants : le formateur professionnel d’adultes (FPA)  et le professionnel en activité. 

Le formateur/intervenant à 2 choix :

  • Soit il vend ses propres formations, mais cela lui demandera le même travail administratif et organisationnel qu’un organisme de formation (OF) ;

  • Soit il travaille avec un OF. C’est le bon plan, car sa seule préoccupation est l’animation de sa journée de formation. Mais dans certains domaines, comme celui du mariage, les OF sont rares. 

 

L’organisme de formation

Après avoir défini ce qu’est un formateur indépendant, il est important d’expliquer ce qu’est un organisme de formation. Et là, ça se complique dans le secteur du mariage. Comme c’est encore tout nouveau, beaucoup ont du mal avec cette notion. Parce que tout n’est pas encore bien structuré et organisé dans ce secteur.

métiers formation mariage

En effet, la plupart des formations dans le secteur du mariage sont dispensées par des professionnel·le·s en activité, même si c’est parfois sous le nom commercial d’une « école ». Ainsi, lorsqu’on parle “d’organisme de formation” (OF), certains ont du mal à comprendre que les dirigeants ne soient pas des professionnels du mariage indépendants. Du coup, c’est nous (les dirigeants de l’IWI, par exemple) qui faisons exception dans le secteur du mariage. Alors que, dans le secteur général de la formation, nous exerçons tout à fait normalement notre activité. Être gérant d’un organisme de formation, c’est un métier. Et je vous expliquerai clairement ma profession dans un prochain article. 

Un organisme de formation, c’est quoi ?

C’est généralement une société qui organise des formations, sous le code APE : 8559A – Formation continue d’adultes. Elle travaille avec une équipe de formateurs/intervenants indépendants extérieurs, elle peut avoir des salariés. Elle a des locaux administratifs et des locaux de formation.

Je dirige notre organisme de formation avec mon conjoint. À deux, nous sommes gérants de cette « école » depuis 10 ans, qui a pris la forme d’une SARL. Nous exerçons aucune autre activité professionnelle. Ni en tant qu’indépendants dans le mariage, ni comme salariés dans un autre secteur. C’est notre vie depuis 10 ans.

Au siège social à Amnéville, nous avons toujours eu 1 salarié·e (un·e assistant·e formation) et parfois du renfort ou des stagiaires. Certains ‘services’ de notre entreprise peuvent parfois faire l’objet d’une externalisation (comme l’informatique, la comptabilité et la grh, le contentieux, ou le community management, par exemple). Avant la crise sanitaire et sur nos formations en présentiel, nous travaillions avec une équipe pédagogique d’une quinzaine de formateurs/intervenants indépendants par an, en moyenne. Nous avons des locaux administratifs, et des locaux de formation (ou bien nous louons des espaces occasionnellement, quand c’est nécessaire).

 

formation aux métiers du mariage anne-marie mecheri

Et que fait un gérant d’organisme de formation ?

Être formateur professionnel et/ou gérant d’un organisme de formation, est donc un vrai métier. Vu de l’extérieur, concevoir, organiser et animer une formation, n’a pas l’air si compliqué. Mais cela nécessite un grand nombre de connaissances et compétences que la plupart acquiert au fur et à mesure des années, grâce à l’expérience, à de la formation continue et en autodidaxie. 

J’aime comparer mon métier à celui d’un photographe, car les moyens d’aujourd’hui donnent le sentiment que ce que réalise un professionnel expérimenté est accessible. En effet, il est probable qu’un amateur ne voit pas la différence entre sa photo (prise avec son téléphone portable) et celle d’un photographe. Sa photo peut d’ailleurs être tout à fait réussie, là n’est pas la question. La différence est que le photographe sait pourquoi. 

Vous avez compris l’idée, c’est un peu pareil dans la formation, et dans de nombreux métiers. Parmi les personnes non expérimentées, celles qui sont sûres d’elle ne comprennent  pas toujours quelle est notre expertise finalement. Elles ne voient pas que chaque détail est le résultat d’un réflexion et non d’un hasard.  

Bien sûr, une réflexion sur laquelle on peut se tromper ou qui peut être critiquer, mais une réflexion tout de même. En effet, j’exerce mon métier imparfaitement (et ce sera toujours le cas), et j’ai encore tellement de choses à apprendre … comme tout le monde !  Car je suis d’avis que, quelle que soit notre profession, on continue de l’apprendre, de faire des erreurs, même après 40 ans de carrière. Bien sûr, mon métier étant de faire de la “formation continue“, il serait surprenant que j’ai un avis différent sur la question !

Bref, je vous expliquerai tout ce que je fais au quotidien dans l’article “Tu fais quoi dans la vie” ?

 

Comment vendre de la formation ?

Que l’on soit un entrepreneur individuel (formateur indépendant) ou une société (OF- organisme de formation), vendre de la formation est réglementé, et le devient de plus en plus avec la loi Avenir.

Il est déjà obligatoire d’avoir un numéro de déclaration d’activité (NDA) obtenu auprès du ministère du travail et de la formation professionnelle. Ce n’est pas du tout un agrément, mais plutôt une obligation de se faire ‘connaître’ après du Ministère du travail. C’est un peu comme si on se disait agréé par le Ministère des impôts parce qu’on  a déclaré notre foyer fiscal et que l’on paie des impôts. Mais aussi, il faut être référencé sur Datadock depuis 2014 (valider 21 indicateurs ‘qualité’, démarche déclarative).  

Et à compter de 2022, pour vendre de la formation et obtenir des financements publics, il faudra être certifié Qualiopi (valider 7 critères ‘qualité’ via 32 indicateurs – audit et contrôle réalisés par un certificateur externe). Cette certification remplacera le référencement Datadock, qui se verra disparaître. 

J’espère que vous y voyez déjà un peu plus clair sur l’organisation de ce secteur !

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.